PDS2AL / Explications détaillées des 10 points fondamntaux
(Pas de photo)

Aucune participation prévue dans les 8 semaines à venir.

Sa fiche

PDS2AL / Explications détaillées des 10 points fondamntaux

Par Nine14 - 27-05-2022 12:04:29 - Aucun commentaire

PDS2AL : Explications détaillées des différents points fondamentaux.

.

Point 5 : L’aptitude LACTIQUE d’une fibre (produire le moins possible de lactique) n’est que la conséquence de son aptitude aérobie

.

Rappel : « 5) L’aptitude LACTIQUE d’une fibre (produire le moins possible de lactique) n’est que la conséquence de son aptitude aérobie ; Plus la voie aérobie de chaque fibre est forte, moins la voie anaérobie-lactique est sollicitée ; cela produisant moins de lactique ; c’est de la bio-physiologie de base connue depuis plus d’un siècle ;

.

.

Détails

Les faits scientifiques avérés sont les suivants :

-        L’énergie du corps est produite par 2 grandes voies énergétiques :

  • la voie anaérobie qui produit de l’énergie sans avoir besoin d’oxygène ;
  • la voie aérobie qui a besoin d’oxygène pour produire de l’énergie ;

-        Ces 2 voies énergétiques se déroulent dans les cellules mêmes, sous forme d’une quantité de réactions chimiques nombreuses ;

-        Les 2 voies produisent toutes les deux une molécule, de l’ATP (Adénosine Tri-Phophate), qui est une molécule transportant l’énergie de son lieu de production, vers son lieu d’utilisation ; dans notre cas, le lieu de consommation, ce sont les fibres musculaires qui se contractent ;

-        La voie anaérobie est puissante mais en contrepartie, elle produit de l’acide, soit sous forme d’acide pyruvique, soit sous forme d’acide lactique ;

-        Lorsqu’une fibre musculaire se contracte, elle a besoin d’une certaine quantité d’ATP ; pour une fibre activée, cette quantité est constante pour des efforts stables ;

-        La voie aérobie ne peut pas toujours fournir la totalité des ATP’s dont la fibre a besoin ; dans ce cas, la VOIE ANAÉROBIE produit toujours le complément des ATP’s nécessaires à la fibre musculaire, c'est-à-dire les ATP’s que la voie aérobie ne peut produire ;

-        En cas d’une augmentation de besoin énergétique, par exemple pour un coureur, lorsqu’il accélère, les fibres déjà actives poursuivent leur même production énergétiques mais le cerveau active autant de fibres additionnelles que de besoin ;

.

Voilà les déductions qu’on peut en faire :

-        Déduction 1 : plus la voie aérobie d’une fibre produit d’ATP’s, moins la voie anaérobie n’a besoin d’intervenir ;

-        Déduction 2 : le processus biologique qui doit être travaillé pour progresser, c’est la voie aérobie ;

-        Déduction 3 : meilleure est l’aptitude aérobie, moins il y a aura de production de lactique ; le lactique (un lactique important) n’est donc que la conséquence des lacunes de la voie aérobie ; pour améliorer son seuil lactique 2, il s’ajout donc de travailler l’aptitude aérobie de toutes les fibres musculaires sous le SL2 ;

Billet précédent: La Vo² Spécifique
Billet suivant: PDS2AL : Explications détaillées des différents points fondamentaux..

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.18 - 7128 visites